CICan 50 Anniversay Logo

Les 50 ans de CICan

1972-2022

Nous sommes extrêmement fiers de tout ce que notre association a su accomplir au cours des cinquante dernières années. La chronologie suivante retrace les événements qui ont marqué l’histoire de CICan (anciennement l’ACCC) et contribué à définir l’association que nous sommes aujourd’hui.

1967

La Commission nationale du collège communautaire du Canada (CNCCC) est formée afin d’étudier la pertinence d’une organisation nationale représentant les collèges, les cégeps et les instituts du Canada

1970

La CNCCC accueille une assemblée des collèges en novembre. Celle-ci vote massivement pour la création de l’Association des collèges communautaires du Canada.

1972

  • L’ACCC organise sa conférence fondatrice en octobre. Les statuts de l’association sont officiellement ratifiés, donnant à l’ACCC un statut juridique. L’ACCC démarre officiellement ses activités.
  • Alan Goldenberg devient le premier président-directeur général de l’association.

1973

  • Le Bureau national de l’ACCC déménage du Collège Vanier à Montréal au Centennial College à Toronto. Le Bureau national restera à Toronto jusqu’en 1992.
  • Environ 300 délégués participent au Congrès annuel à Québec.

1974

60% de tous les établissements postsecondaires non universitaires du Canada sont membres à part entière de l’ACCC.

1975

Le Congrès annuel «Collège Canada ’75» se tient à Vancouver, en présence de près de 1000 délégués

1976

  • L’ACCC s’impose immédiatement en tant qu’organisme de défense des intérêts, et effectue une représentation officielle auprès de l’Organisation de coopération et de développement économiques par le biais de l’Étude des politiques d’éducation au Canada.
  • L’ACCC organise des voyages d’études à l’étranger en Israël, au Royaume-Uni, en Tanzanie, au Kenya, au Ghana et aux États-Unis.
  • L’ACCC reçoit un financement majeur de la Fondation Kellogg dans le cadre du projet «PROJECT BREAKTHROUGH». Elle met en place le Bureau des études canadiennes, le Bureau international, la publication trimestrielle de l’ACCC, COLLÈGE CANADA, et une série de mini-conférences.

1977

Pour la première fois, le nombre total d’inscriptions dans les collèges du Canada dépasse le nombre total d’inscriptions dans les universités.

1978

  • L’ACCC reçoit la confirmation du Secrétaire d’État d’une subvention trisannuelle de 325 000 dollars par an. Le Bureau des études canadiennes commence à fonctionner pleinement au cours de l’année suivante.
  • L’ACCC soumet à l’ACDI (Agence canadienne de développement international) une demande de financement de 196 000 $ pour l’expansion et la gestion du Bureau international

1979

  • 1979 sera la première année de fonctionnement à temps plein de notre Département des études canadiennes et du Bureau international.
  • La Fondation Kellogg reconnaît CICan comme «le chef de file national du mouvement des collèges communautaires au Canada»

1980

Le Bureau international de l’ACCC reçoit plus de 2000 demandes de services.

1981

  • Le Bureau des études canadiennes de l’ACCC ouvre un bureau régional au Québec le 1er février afin de mieux se rapprocher des cégeps et instituts de la province.
  • Le ministère de la Défense nationale invite l’ACCC à proposer un candidat pour un programme d’études avancées de troisième cycle portant sur la sécurité nationale et internationale et le développement au Collège de la Défense nationale à Kingston. C’est le début d’un long partenariat avec le ministère de la Défense et les Forces armées canadiennes.

1982

  • En juin, les nouveaux statuts de l’ACCC sont approuvés à l’unanimité par l’Assemblée générale annuelle et officiellement ratifiés par le ministère de la Consommation et des sociétés
  • Le Bureau international ajoute neuf nouveaux projets à son portefeuille. Les collèges communautaires canadiens disposaient de 120 programmes dans 17 secteurs pour appuyer leurs homologues des pays en développement.
  • À la demande du gouvernement chinois et financé par le gouvernement fédéral canadien, le Bureau international commence à appuyer la création d’une école de formation en gestion dans la province du Sichuan en Chine.

1983

  • Un tiers du financement du Bureau des études canadiennes est consacré au soutien des activités au Québec.
  • Le Bureau international lance le Programme Afrique francophone au Cameroun et au Maroc avec un «programme complet d’assistance technique»
  • Le Congrès annuel conjoint de 1983 bénéficie de la plus forte participation dans l’histoire de l’ACCC à ce jour, avec 1015 inscrits payants.

1984

  • Le Conseil des ministres de l’éducation (CMEC) invite l’ACCC à rencontrer son Comité de liaison en mars afin d’entamer une collaboration et de souligner la nécessité d’une coopération future.
  • Le Bureau international lance son premier partenariat multi-institutionnel avec les instituts Harambee au Kenya
  • Le budget du Bureau international atteint 3,5 millions de dollars et devrait passer à 7 millions de dollars l’année suivante. L’ACCC commence à étudier les possibilités de financement avec la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement.

1985

  • Le 31 mars, l’ACCC franchit officiellement le seuil des trois chiffres avec 105 membres
  • L’ACCC constate une croissance indéniable des activités de recherche des professeures et professeurs dans les collèges au Canada et presse le CRSNG (Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie) de se pencher sur le financement de la recherche au collégial.
  • Le Programme de planification de l’emploi est annoncé. Les collèges et instituts doivent maintenant rivaliser avec le secteur privé pour obtenir des fonds fédéraux pour les programmes de formation.
  • L’ACDI présente son évaluation officielle du Bureau international. Le rapport est positif, indiquant la viabilité à long terme des nombreux projets de l’Association.

1986

  • L’ACCC étend sa programmation francophone avec un contrat de 10 millions de dollars au Cameroun pour l’évaluation des politiques et prévoit d’étendre sa programmation parmi les instituts francophones du Canada et des régions telles que le Maghreb, le Sahel, l’Afrique de l’Ouest et le Cameroun.
  • L’art dans les collèges, 1986 : Le premier concours national d’arts visuels pour les étudiants des collèges communautaires au Canada attire plus de 4000 soumissions de 65 établissements membres de l’ACCC.
  • Tom Norton devient président-directeur général.

1987

Le Colloque national sur l’enseignement postsecondaire est organisé par le Secrétaire d’État à Saskatoon. Les collèges et instituts prennent la place qui leur revient aux côtés des universités en tant que contributeurs majeurs aux priorités nationales dans les domaines de l’éducation et du développement des ressources humaines.

1988

CICan coparraine une étude auprès de 300 professeures et professeurs des collèges sur leur intérêt et leur capacité à mener des activités de recherche. Les répondants soumettent 286 propositions de projets de recherche. Quelque 88% d’entre eux expriment le désir de poursuivre ces projets.

1989

  • Environ 500 000 étudiants sont inscrits dans les collèges et instituts du Canada.
  • Le personnel de l’ACCC travaillant au centre chinois de formation à la gestion des entreprises à Chengdu est évacué vers le Canada à la suite des manifestations de la place Tian’anmen

1990

  • Le projet Canada-Chine sur les femmes dans le développement est en phase finale d’élaboration. Il se concentre sur le renforcement de la capacité institutionnelle de la Fédération des femmes de Chine pour permettre aux femmes de ce pays de contribuer à la croissance économique.
  • L’ACCC lance une opération de jumelage avec des collèges américains pour «attirer l’attention [des États-Unis et du Canada] sur une responsabilité internationale partagée en matière d’environnement».
  • Le premier programme de prix de l’ACCC est lancé. Il célèbre l’innovation, l’excellence et le leadership au sein des collèges et instituts du Canada. CICan continue de décerner ses prix d’excellence à ce jour.

1991

  • Une consultation de deux jours du Groupe de travail de l’ACCC sur les initiatives environnementales démarre et regroupe les différents niveaux de gouvernement, les collèges et les instituts.
  • L’ACCC coparraine le «World Congress for Education and Communication on Environment and Development».
  • L’ACCC lance le Projet de coopération institutionnelle Canada-Inde, d’une valeur de 10,9 millions de dollars. Il associe 25 écoles polytechniques indiennes à des établissements canadiens pour le renforcement des programmes d’études et des méthodes pédagogiques.
  • L’ACCC organise la première Académie des présidents pour appuyer le développement d’un cadre fort pour les dirigeantes et dirigeants du secteur collégial.

1992

  • Le secrétariat de l’ACCC déménage de Toronto à Ottawa afin de renforcer ses initiatives de plaidoyer et d’établir des relations fructueuses avec le gouvernement fédéral et d’autres organisations nationales
  • Le département international gère plus de 200 programmes dans 60 pays différents
  • Le Guide vert de l’ACCC, qui met en valeur les initiatives environnementales prises par divers collèges et instituts, est dévoilé lors de la Consultation sur l’environnement de l’ACCC en octobre.

1993

  • La nouvelle politique environnementale de l’ACCC vient renforcer la déclaration de mission de l’ACCC. Elle permet d’ancrer les considérations environnementales dans tous les programmes, programmes d’études et autres initiatives à venir.
  • Industrie Canada confie à l’ACCC la gestion d’un programme de bourses d’études de 25 millions de dollars sur quatre ans. Nommé Bourses Canada en technologie, il s’adresse à des étudiantes et étudiants exceptionnels au potentiel confirmé dans le secteur de la technologie.
  • L’ACCC soumet un exposé de position à la Commission royale sur les peuples autochtones. On y décrit en détail les dégâts considérables infligés aux collectivités autochtones en conséquence directe du colonialisme.

1994

  • Le Programme de partenariat des collèges canadiens (PPCC), qui regroupe des programmes de la Division bilatérale de l’ACDI, est créé. L’ACCC en dirige les activités et les ressources internationales dans les régions de l’Afrique, de l’Asie et des Amériques.
  • L’Association lance son premier site web à l’adresse www.accc.ca

1996

Le programme Étudiants bien branchés démarre en collaboration avec Industrie Canada, DRHC et l’Association des universités et collèges. Ce programme engage des étudiants pour dispenser des formations en informatique, Internet et commerce électronique aux petites et moyennes entreprises

1997

  • La Fondation canadienne pour l’innovation est créée en avril 1997, pourvue de 800 millions de dollars pour la recherche. Conséquence directe des activités de plaidoyer de l’Association, les collèges et instituts peuvent pour la première fois figurer parmi les établissements admissibles.
  • L’ACCC fête son 25e anniversaire.
  • L’ACCC est le premier organisme national à adhésion dans le domaine de l’enseignement à obtenir la norme ISO 9002, ce qui témoigne de l’excellence et de la constance dans la qualité de ses services.

1998

Gerry Brown devient président-directeur général de l’ACCC. Il rentre en poste en pleine crise du verglas.

1999

Autre exemple d’innovation et de leadership mondial, l’ACCC propose que soit créée la World Federation of Colleges (WFCP) et en accueille le congrès inaugural à Québec en 1999.

2001

  • L’ACCC lance son programme d’alliances corporatives pour établir des partenariats mutuellement bénéfiques entre le réseau de collèges et d’instituts de l’ACCC et plusieurs entreprises partenaires
  • L’ACDI approuve la deuxième phase du Programme de partenariat des collèges canadiens.

2003

Lancement d’un nouveau projet pilote avec le Conseil national de recherche en sciences et en ingénierie, qui pour la première fois permet aux collèges et aux instituts de demander directement des subventions à la recherche.

2005

Afin de se préparer à assumer un leadership stratégique, la structure de gouvernance de l’ACCC est révisée pour passer à un Conseil d’administration de 12 membres, composé de directrices générales et directeurs généraux de collège.

2006

  • L’ACCC organise son premier Colloque sur l’éducation autochtone à Burns Lake. Des aînés, des chefs, des membres des conseils, des partenaires industriels et des représentants du gouvernement s’y sont réunis pour discuter des besoins particuliers des apprenantes et apprenants autochtones.
  • Le 1er février 2006, l’ACCC lance deux nouveaux projets dans le domaine des compétences essentielles, financés par Ressources humaines et Développement social Canada.
  • L’Association met sur pied la Canadian-US Alliance of Rural Colleges.
  • L’ACCC mène une campagne de sensibilisation efficace sur le rôle des collèges et des instituts avec des partenaires médiatiques importants tels que le Globe and Mail, le magazine Macleans, Canadian Business et The Hill Times.

2007

  • Démarrage du Projet canadien d’intégration des immigrants (PCII) en Chine, en Inde et aux Philippines, qui prépare les immigrants à mieux s’intégrer dans la société canadienne en leur offrant une orientation, de la formation et des contacts avant leur départ
  • Le projet «Mille femmes — Éducation, citoyenneté et développement durable» marque le début d’un partenariat de 4 ans entre l’ACCC et le ministère brésilien de l’Éducation et sa propre association d’écoles polytechniques (CONIF) pour «développer des services de soutien et de formation afin de permettre aux femmes défavorisées d’accéder au marché du travail».
  • Le nouveau cadre «Éducation pour l’emploi» pour le développement international voit le jour.
  • L’ACCC et ses membres donnent naissance au Protocole pancanadien pour la durabilité afin de stimuler l’émergence d’un avenir durable.
  • Jim Knight devient président-directeur général de l’ACCC.

2008

  • Nos activités de plaidoyer contribuent à une augmentation de 800 millions de dollars du Transfert social pour l’éducation postsecondaire
  • Sur les traces du projet pilote du CRSNG, le premier concours du Programme d’innovation dans les collèges et la communauté des trois Conseils est mis sur pied.
  • En mai 2008, CICan signe un partenariat de trois ans avec les Forces canadiennes (FAC) dans le cadre du Programme des possibilités de formation collégiale, visant à accréditer des collèges et instituts pour leur permettre d’offrir des cours et des programmes répondant aux exigences de formation des FAC
  • L’ACCC et l’ACDI signent un nouvel accord de contribution de 20 millions de dollars pour la mise en œuvre du programme «Éducation pour l’emploi (ÉPE)» au Mozambique, au Sénégal et en Tanzanie.

2009

  • Notre plaidoyer permet d’obtenir 600 millions de dollars sur deux ans pour la réparation, la remise en état et l’expansion des campus des collèges.
  • RHDCC (Ressources humaines et Développement des compétences Canada) accorde à l’ACCC un contrat pour appuyer les compétences essentielles et l’employabilité dans les collectivités autochtones, auprès des nouveaux arrivants et au sein des minorités linguistiques.
  • Le pilote du Programme des partenaires étudiants est lancé en Inde pour faciliter la procédure d’obtention de visa pour les étudiants internationaux.

2010

  • Le ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme annonce son intention d’étendre le PCII de trois à 25 pays.
  • Santé Canada finance un nouveau projet visant à améliorer la rétention et la réussite dans les programmes de soins paramédicaux.

2011

Le budget fédéral 2011 double le financement du Programme d’innovation dans les collèges et la communauté.

2012

L’ACCC présente ses arguments à la Cour suprême sur l’utilisation d’œuvres protégées par le droit d’auteur dans des contextes pédagogiques, ce qui aboutit à une décision historique en notre faveur.

2013

  • L’ACCC achève le Projet de cadre national pour les compétences essentielles (CE) de trois ans, financé par RHDCC et mis en œuvre dans huit provinces par 12 collèges et neuf employeurs.
  • Denise Amyot devient la septième présidente-directrice générale de CICan. C’est la première femme à occuper le poste.

2014

  • L’Association des collèges communautaires du Canada est rebaptisée Collèges et instituts Canada (CICan) afin de mieux représenter la diversité de ses membres. Outre le nouveau nom, un nouveau logo conçu par un étudiant est dévoilé lors du Congrès annuel, de même qu’un site web rénové.
  • Le Protocole sur l’éducation des Autochtones de CICan voit le jour (en date de 2021, 67 collèges sont signataires et soutiennent le protocole).

2015

  • Les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies sont dévoilés. Le Canada et 192 autres nations sont signataires.
  • En collaboration avec CICan, la Banque asiatique de développement publie une analyse des leçons tirées de l’expérience des collèges canadiens qui pourraient s’appliquer aux collèges et instituts d’Asie en plein développement.

2016

CICan est l’intermédiaire du premier projet relatif aux compétences essentielles et à la finance sociale au Canada, en partenariat avec Emploi et Développement social Canada.

2018

Les membres de CICan participent à plus de 7 300 partenariats de recherche appliquée et produisent plus de 4 400 prototypes, produits, procédés et services

2019

  • Le PCII est rebaptisé Planifier pour le Canada. Ses services en ligne sont disponibles dans le monde entier, et les services en personne sont fournis en Inde et aux Philippines.
  • CICan et Universités Canada administrent conjointement le nouveau programme Expérience compétences mondiales qui offre aux étudiants de niveau postsecondaire des possibilités supplémentaires d’étudier et de travailler à l’étranger, renforce leurs compétences mondiales et renforce la prospérité économique du Canada.

2020

  • La pandémie de nouveau coronavirus éclate. Les collèges, instituts et CICan s’adaptent et offrent leurs services de haute qualité dans un contexte virtuel.
  • CICan se joint au Défi 50-30 du gouvernement du Canada, et vise à atteindre la parité hommes-femmes au sein de son Conseil d’administration et de son équipe de direction, ainsi qu’une représentation d’au moins 30% pour les autres groupes sous-représentés. Nous avons dépassé cet objectif en juillet 2021.
  • CICan signe l’Accord des Objectifs de développement durable (ODD) en vue de favoriser la collaboration et l’atteinte des ODD dans notre programmation.

2021

  • En réaction aux graves pénuries de main-d’œuvre exacerbées par la pandémie de COVID-19, CICan collabore avec des collèges et des instituts de tout le pays pour offrir le programme des assistants-préposés en soutien aux soins, une microcertification entièrement subventionnée afin de former rapidement de nouveaux travailleurs et travailleuses dans le domaine des soins de longue durée.
  • CICan signe la Groningen Declaration, qui vise à instaurer une coopération internationale en matière de reconnaissance équitable des titres de compétences, de mobilité des données des étudiants et de confidentialité des données.
  • CICan représente environ 95% de tous les collèges et instituts publics du Canada.