COVID-19

Main Content

4 février 2021

Nouvelles exigences concernant le dépistage de la COVID-19 et la quarantaine

D’après les récentes conversations que nous avons eues avec des représentants de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) et d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC)), le gouvernement du Canada semble avoir l’intention, à ce stade-ci, d’inclure les étudiants étrangers à la liste des voyageurs devant se soumettre obligatoirement à un test de dépistage moléculaire et à une quarantaine, comme il l’a récemment annoncé. Ces étudiants subiraient un test de dépistage à leur lieu d’entrée au pays (Montréal, Toronto, Calgary, Vancouver) et devraient réserver une chambre pour séjourner au moins trois nuits dans un hôtel approuvé par le gouvernement. Si le test est négatif, ils pourront passer le reste de leur quarantaine conformément aux plans mis en place par leur établissement relativement à la COVID-19 (les résidences étudiantes approuvées à cet effet sur les campus continueront d’être admissibles pour les 11 jours restants de quarantaine).

D’après ce que nous savons, les nouvelles restrictions gouvernementales seront précisées dans un décret, mais nous ignorons la date à laquelle celui-ci entrera en vigueur. D’après un communiqué de presse de Transports Canada, cela se produirait « Dans les prochaines semaines, à compter du moment le plus tôt où il sera possible de l’exiger [sic] »; cette information a été répétée par des représentants de l’ASPC et d’IRCC. Le gouvernement canadien envisagerait de définir un ensemble d’exigences que les hôtels devront respecter pour être admissibles à accueillir des voyageurs de l’étranger. Nous avons fait part de notre préoccupation à l’évocation des 2000 $ des frais à assumer par les voyageurs et nous avons souligné l’importance de minimiser ces frais au maximum pour les étudiants étrangers qui s’en viennent au Canada.

Nous faisons un suivi auprès de l’ASPC, d’IRCC et d’autres ministères fédéraux et vous tiendrons informés de ce qui en ressortira dès que possible. CICan travaille également en coordination avec des associations provinciales et régionales ainsi que d’autres associations éducatives d’envergure canadienne afin de déterminer quelles autres interventions sont envisageables pour limiter les répercussions négatives des dernières restrictions gouvernementales sur les étudiants étrangers.  

Enfin, nous exerçons aussi des pressions pour que l’application des dispositions spéciales d’admissibilité aux études en ligne et au permis de travail post diplôme soit prolongée jusqu’à la fin 2021. Nous savons qu’il s’agit là d’une priorité aux plus hauts échelons du ministère et pour les fonctionnaires du cabinet du ministre Mendocino. Nous avons espoir de voir le délai du 30 avril reporté et nous continuons de souligner l’importance d’une décision rapide.