Main Content

Soutenir la collaboration pour stimuler l’innovation canadienne

Ce texte d’opinion est paru à l’origine dans l’édition 2019 de Pleins feux sur la recherche appliquée, publiée par Research Money.

 

Dans notre pays d’entrepreneurs, où plus de 99 % des compagnies sont considérées comme de petites à moyennes entreprises (PME), la croissance et l’innovation dépendent plus souvent qu’autrement de partenariats. Ceux-ci nourissent l’ingéniosité et aident les entreprises à se dépasser. Le Canada a besoin de plus de ces partenariats novateurs, mais cela nécessite un appui soutenu.

Favoriser la collaboration dans tous les secteurs de l’économie constitue un atout majeur des collèges et instituts. Partout au pays, ces derniers sont considérés comme des partenaires de choix par les PME et les intervenants communautaires souhaitant trouver des solutions novatrices à des défis concrets. Au cours de la dernière décennie, ils sont devenus des moteurs d’innovation au Canada.

L’année dernière, les collèges et instituts canadiens ont ainsi participé à plus de 7 300 partenariats de recherche ayant généré plus de 4 400 innovations, notamment de nouveaux procédés, produits, prototypes et services, dont environ 87 % ont été finalisés en moins d’un an.

Le plus étonnant est que ces innovations ont été réalisées en ayant accès à seulement 2,5 % du financement fédéral pour la recherche. Il est maintenant temps que le soutien du gouvernement corresponde au plein potentiel de ce secteur. Le besoin le plus criant est de permettre aux établissements postsecondaires de maintenir des services permanents afin de faciliter l’arimage avec les partenaires industriels et communautaires qui ne possèdent pas les capacités, les ressources et les réseaux nécessaires pour investir eux-mêmes dans la recherche et le développement.

Les partenariats en recherche appliquée peuvent être longs à établir et nécessitent du soutien pour se poursuivre. Le résultat final en vaut toutefois la peine. Cela permet de former la prochaine génération d’innovateurs, et encourage les étudiants et étudiantes à travailler main dans la main avec les employeurs. En outre, les entreprises obtiennent des solutions à leurs défis et développent de nouveaux produits. Que ce soit pour tester une nouvelle technologie plus écoénergétique ou pour développer un tout nouvel équipement afin d’améliorer les procédés de fabrication, les étudiants acquièrent une précieuse expérience, tout en aidant les entreprises à croître et innover.

C’est pourquoi Collèges et instituts Canada, et six autres associations nationales et régionales, ont récemment lancés un appel au Gouvernement du Canada pour accroître la participation des PME à l’écosystème de recherche en investissant 40 millions de dollars par année dans des services de soutien à l’innovation des entreprises basés dans les collèges, les instituts et les cégeps. Nous croyons que cet investissement  fera doubler le nombre de PME qui collaborent avec des collèges et instituts en recherche appliquée et en innovation commerciale.

Alors que le Canada tente de réafirmer son rôle au sein de l’économie mondiale, cette approche pourrait s’avérer être l’élément déterminant dont les PME d’ici ont besoin pour maintenir notre avantage concurrentiel et productif.

 

Denise Amyot
Présidente-directrice générale de Collèges et instituts Canada