Main Content

mai 17, 2018

Résidus de malt recherchés : Red River College et des microbrasseries leur donnent de la valeur

Qui l’eut cru ! Les fonds de bouteilles de bière, quand la fête est finie, ont plus à offrir qu’il n’y paraît. Red River College et deux microbrasseries locales de Winnipeg ont fait équipe afin de récupérer les drêches de brasserie qui restent en fin de procédé. Leur expérimentation révèle qu’un peu d’imagination et d’innovation peut mener loin. Ensemble, ils ont formé une sorte de miso -- pâte à base de grains de soja fermentés qui constitue un ingrédient de base de la cuisine japonaise. Les drêches sont un sous-produit de l’industrie brassicole et servent normalement à la nourriture animale.... Lire la suite
Lire la suite
mai 17, 2018

Des îles flottantes à la rescousse des plans d’eau

On dit que tomber dans l’exagération peut entraîner certains maux. C’est certainement le cas des nutriments dans l’eau. Une surcharge de nutriments dans les rivières, lacs et étangs – souvent le résultat d’écoulements des champs, villages et villes avoisinants – risque de surstimuler la croissance de certaines plantes, envahissement qui peut priver d’oxygène et tuer certaines espèces animales marines. On appelle ce processus l’eutrophisation. Le centre d’innovation durable de Lakeland College cherche des moyens capables de réduire les risques d’eutrophisation en éliminant ces nutriments de l’eau grâce à une technique novatrice, les « îles flottantes ». Ce printemps, l’étang qu’abrite... Lire la suite
Lire la suite
mai 17, 2018

Anciennes cultures nouveau genre : les topinambours fleurissent à nouveau

Vous savez peut-être reconnaître les fleurs jaunes du topinambour, semblables à de petits tournesols qui abondent dans certains potagers pendant les mois d’août et de septembre. Pour l’entreprise embryonnaire NovaGreen, la valeur de ce tubercule se trouve au-delà du regard, sous la superficie du sol. Les topinambours sont une espèce indigène de la famille du tournesol. Prisé pour sa valeur nutritive par les Amérindiens, on dit que c’est grâce à lui que certains colons de la Nouvelle-France sont parvenus à survivre. Exporté vers l’Europe, il est devenu très courant comme aliment puis a, plus tard, servi principalement de nourriture animale.... Lire la suite
Lire la suite
mai 17, 2018

Un bout de terrain vague pour cultiver le savoir

Le sol exposé – que l’on ne protège pas en contexte d’agriculture, de construction ou d’activité industrielle – risque fort de s’éroder. Les conséquences environnementales de l’érosion sont multiples : perte de terres cultivables, sédimentation des cours d’eau, diminution de la qualité de l’air et, fréquemment, abandon complet d’usages productifs du sol. Cependant, des méthodes existent pour maîtriser temporairement l’érosion et minimiser ces conséquences pendant les activités de construction, jusqu’à ce qu’un couvert le protégeant soit rétabli. Le centre d’innovation durable de Lakeland College est devenu candidat à la maîtrise temporaire de l’érosion lorsqu’une section de ses terres a été... Lire la suite
Lire la suite
mai 17, 2018

Recherche lumineuse sur la concentration de l’énergie solaire

Concentrer l’énergie accroît la productivité : c’est vrai des individus, ce l’est aussi du soleil. Pas étonnant que le concentrateur solaire en fasse la démonstration. Le site du centre d’innovation durable de Lakeland College abrite dorénavant un prototype de concentrateur solaire, qui peut concentrer l’énergie du soleil à des températures excédant les 2 000°C, suffisamment élevées pour faire fondre le métal. Ce concentrateur réfléchit la lumière du soleil sur un miroir incurvé, qui à son tour concentre la lumière en un faisceau circulaire visant une cible. On contrôle et on dirige le faisceau en inclinant les miroirs et en ajustant... Lire la suite
Lire la suite
mai 17, 2018

Rien ne se perd, rien ne se gagne

En février 2015, Lakeland College inaugurait son centre de bioénergie. Le bâtiment comprend une unité de micro-cogénération, construite par la firme japonaise Yanmar Energy Systems Co. ltée. La cogénératrice, alimentée au gaz naturel, produit de l’électricité. En même temps, l’eau est chauffée par la chaleur du moteur. La chaleur provenant du chemisage d’eau et de l’échappement est collectée par les échangeurs thermiques et sert à transmettre une chaleur de base au centre. L’unité Yanmar est spécifiée pour produire simultanément 10 kW d’électricité et 16.8 kW de chaleur. La cogénératrice se met en marche automatiquement dès que le bâtiment a besoin... Lire la suite
Lire la suite
mai 17, 2018

Visualiser les flux d’énergie. Yoga? Non, science.

Il n’y a pas de concept de recherche appliquée qui soit plus concret qu’un bâtiment comme objet d’étude. C’est essentiellement ce qu’est le centre sur les énergies renouvelables de Lakeland College : une salle de classe, cuisine, salle de réunion et en prime un lieu d’apprentissage tout à la fois. Une partie de ce centre, celle sur l’énergie, est un bâtiment à bilan énergétique nul qui tire son énergie de plusieurs sources : solaire thermique, solaire photovoltaïque, éolien, géothermie et technologie de stockage de chaleur. Conçu pour échanger de l’électricité avec le réseau électrique du campus principal de Lakeland College,... Lire la suite
Lire la suite
mai 17, 2018

Fort, droit et nutritif : recherche pour améliorer les cultures céréalières

Conserver aux cultures céréalières leur santé tout au long de l’été procure de meilleures chances de tirer un rendement élevé des récoltes. Comment y parvenir se trouve au cœur de la recherche en céréales qui se déroule à Lakeland College sous la direction de Laurel Perrott. Ses essais de recherche conduits récemment ont porté sur trois thèmes : la fertilisation azotée en saison, le moment optimal d’épandage du fongicide et les cultures versées. Sous le premier thème, Mme Perrott étudie l’application supplémentaire de fertilisation azotée à différentes variétés et classes de blé après la levée de la culture, soit hâtivement,... Lire la suite
Lire la suite
mai 16, 2018

L’hydrogène, un domaine de recherche stimulant

D’imposants efforts sont déployés afin de découvrir le Saint Graal d’un combustible sans émissions. L’hydrogène offre des avenues prometteuses en ce sens. Une équipe du Centennial College, composée du professeur Ali Tarique, du directeur du programme d’innovation Hassan Haji-Esmaeili et de l’étudiante chercheuse Harparampreet (“Preet”) Kaur, s’intéresse aux solutions de refroidissement à l’hydrogène qui permettraient à des moteurs à combustion interne de tourner à l’hydrogène. Comme l’extraction d’hydrogène est laborieuse, leur hypothèse est qu’apporter de légères modifications à un moteur à combustion interne serait plus pratique et sécuritaire, mais aussi moins coûteux que de produire des piles à hydrogène. Leur... Lire la suite
Lire la suite
mai 16, 2018

C’est cool la chaleur!

Cool la chaleur, cool. Sonorité jazz? C’est plutôt la description d’un système refroidissant par absorption thermique – méthode de climatisation alimentée par énergie solaire plutôt que par électricité. Chauffer des immeubles grâce à l’énergie solaire n’a rien de neuf, mais les climatiser par ce même moyen semble contre-intuitif. Il s’agit en fait simplement d’employer l’énergie thermique du soleil d’une autre manière : les refroidisseurs du climatiseur sont alimentés par de l’eau, qui elle est chauffée par le soleil. Le refroidissement par absorption solaire est avantageux, car les réseaux électriques sont dangereusement sollicités par temps caniculaires, la consommation d’électricité résidentielle et... Lire la suite
Lire la suite