Sub Menu

Main Content

Les collèges font avancer le Canada

CICan_ad-fr3

Par Denise Amyot, présidente-directrice générale, Collèges et instituts Canada

Tant les politiciens que les éducateurs, les parents et les employeurs reconnaissent que préparer la prochaine génération de Canadiens pour l’avenir dans un monde qui évolue plus rapidement que jamais n’est pas une tâche facile. Les choix de parcours auxquels font face les jeunes Canadiens sont nombreux et représentent des défis complexes. D’autant plus que les décisions qu’ils prennent aujourd’hui auront une incidence importante sur leur futur succès professionnel. Faire des choix réfléchis est donc essentiel.

Malheureusement, certains mythes entourant les collèges et instituts viennent brouiller le choix des élèves. Selon certains, leurs titres de compétences seraient de moindre qualité, alors que d’autres persistent à croire que ces établissements n’offrent que des programmes de métier. Pourtant, c’est loin d’être le cas. Le temps est venu de repenser les idées reçues sur l’éducation collégiale.

La vérité, c’est que les collèges, instituts et cégeps offrent une impressionnante diversité de programmes et de titres de compétences, y compris des options de double reconnaissance de crédits auprès d’écoles secondaires, des formations pour les apprentis et des programmes de diplôme et de certificat postsecondaires dans une très grande variété de domaines. De plus, 47 de nos membres offrent désormais des baccalauréats, en plus de nombreux programmes pour les étudiants gradués, ainsi que des milliers d’ententes d’articulation avec des universités, tant au Canada qu’à l’étranger.

Pour répondre aux besoins à la fois des employeurs et des étudiants, les établissements postsecondaires canadiens doivent constamment s’adapter à un marché de travail en évolution rapide qui exige une main-d’œuvre hautement qualifiée. Cela est particulièrement vrai en ce qui concerne la formation technique, un domaine dans lequel les technologies changeantes et les industries en expansion créent en permanence de nouvelles possibilités pour les jeunes Canadiens. Ces changements ont mis les collèges sous les projecteurs, car de plus en plus de Canadiens peuvent voir qu’un diplôme universitaire n’est ni une garantie, ni la seule manière d’obtenir une carrière valorisante.

Au cours des dernières années, les membres de la Chambre de commerce du Canada ont priorisé la question de « trouver la bonne personne pour le bon poste ». L’Association canadienne des constructeurs d’habitations constate elle aussi que cela constitue un défi persistant dans l’industrie de la construction de logements. Plusieurs secteurs clés de l’économie canadienne ressentent ainsi ces difficultés et reconnaissent que, de plus en plus, les collèges font partie de la solution.

Les collèges offrent des occasions d’apprentissages pratiques et novateurs qui répondent aux besoins des étudiants et des milieux de travail de demain, ce qui n’a pas manqué d’attirer l’attention des entreprises canadiennes. Depuis février dernier, 36 des plus grands organismes communautaires et industriels au pays se sont joints à une coalition menée par Collèges et instituts Canada pour trouver des solutions à la pénurie des compétences dont souffrent certaines régions canadiennes.

De plus, le modèle de formation technique canadien est l’un des plus recherchés au monde. Il importe que plus de Canadiens sachent que des collèges partout au pays, dont certains dans leurs communautés, sont actuellement d’importants acteurs en éducation, et ce, à l’échelle mondiale. En plus de partager leur expertise et participer à des échanges, certains ouvrent des campus à l’étranger ou contribuent à l’élaboration de programmes d’éducation pour l’emploi en partenariat avec des gouvernements en Chine, en Inde, au Vietnam, au Brésil et en Arabie Saoudite, pour n’en nommer que quelques-uns.

Les collèges canadiens sont fortement appuyés par le gouvernement, l’industrie et les communautés parce qu’ils répondent aux besoins locaux. Malgré une économie difficile et un marché du travail en constante évolution, environ 91 % des étudiants diplômés de collèges canadiens obtiennent un emploi dans les six mois suivant la fin de leurs études, selon l’emplacement géographique et le domaine.

Une approche collaborative qui fonctionne

Selon la Fondation canadienne pour l’innovation, les partenariats entre le secteur privé et les collèges « ont joué un rôle essentiel dans la transformation de l’écosystème du Canada en matière d’innovation commerciale ». Grâce à de nombreux partenariats avec les PME, les étudiants collégiaux peuvent quant à eux acquérir de l’expérience concrète en participant à une foule de stages et de programmes coopératifs. Ces expériences sont essentielles à la nature appliquée des programmes offerts par les collèges et les écoles polytechniques.

Cette approche collaborative engendre de nombreux projets en recherche appliquée qui permettent de développer de nouveaux produits ou perfectionner des processus. L’approche pratique des collèges stimule aussi l’esprit entrepreneurial chez les étudiants, ce qui favorise l’employabilité en développant les connaissances et les compétences nécessaires pour lancer, faire croître et gérer une petite entreprise.

Nous joignons donc notre voix à celle de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante pour encourager les parents et les enseignants à voir que les métiers peuvent être d’excellentes carrières à long terme pour les jeunes. Jumelés à un esprit entrepreneurial, ils peuvent même permettre de lancer sa propre entreprise.

Que ce soit dans une université, un collège, un institut, une école polytechnique ou un cégep, les voies vers une excellente formation et une carrière valorisante sont nombreuses. Un meilleur accès à l’éducation postsecondaire est extrêmement important, particulièrement pour les apprenants autochtones, les personnes ayant un handicap, les personnes âgées et les nouveaux arrivants. Avoir accès aux choix nécessaires pour choisir sa bonne voie est crucial pour tous.

Quant aux possibilités d’avancement, elles sont infinies lorsque l’on part sur de bonnes bases. Des premiers ministres provinciaux, des ministres du cabinet fédéral, des chefs de file en affaires au Canada et des leaders communautaires de toutes les allégeances figurent ainsi dans la liste des diplômés de collèges canadiens.

Plus important encore, une éducation collégiale donne aux Canadiens l’occasion d’accumuler les compétences nécessaire pour exceller dans leur carrière, quelle qu’elle soit, tout en contribuant au dynamisme de leur communauté et de leur pays. Au bout du compte, les collèges font avancer le Canada.